Habitants du Village d'Arsac en Velay


Objet

Maintenir le lien social entre les adhérents et les habitants d'Arsac en Velay, ainsi que la convivialité entre les membres.

Entretenir le petit patrimoine (bâchas, four commun, maison de l'assemblée)


Activité Proposée

Les activités s'orientent autour de repas (tripes, coq au vin), de randonnées (deux par an) ouverts à tous, ou réservés aux seuls adhérents comme le repas préparé et dégusté autour du four commun ainsi que la raclette de décembre.

Réalisation d'actions pour faire vivre, entretenir et rénover si besoin le petit patrimoine avec un nettoyage annuel du bâchas,son entretien, le fleurissement (et arrosage) du fond du village ainsi que des travaux dans les locaux de l'assemblée, du four commun.


Manifestation

- Fin janvier : A.G. suivi de la galette

- 2éme dimanche de février : Tripes

- 1er samedi de mars : Coq au vin

- Mai : Randonnée de Printemps

- Juillet : Repas autour du four commun

- Octobre : Randonnée d'Automne

- 1er samedi de décembre : Raclette


Contact

Président :

Adresse :

 

 

Téléphone :

Mail :

Robert Vigouroux

11, rue de la Fontaine

43700 Arsac en Velay

06 37 06 02 26    -    06 58 51 97 20

peignetr@gmail.com



Photos

La maison d'Assemblée ou maison de la béate d'Arsac-en-Velay date de 1797. En 1644, sous l'instigation d'Anne-Marie Martel est créée la Congrégation des Sœurs de l'Instruction ayant pour mission d'apporter des connaissances utiles (lire, écrire, compter) et les fondements de la religion chrétienne (catéchisme, morale, cantiques). Rapidement ce sont des femmes célibataires qui rempliront ce rôle. On les appelle, les béates, terme calqué du latin beata (heureuse). 

La maison où s'assemblaient les enfants mais aussi les femmes et en quelques occasions de prières les hommes, est un bâtiment construit bénévolement par les habitants du village bénéficiaires des services de la béate. Ils lui fournissaient aussi gratuitement nourriture et moyens de chauffage.

Four commun ou bien four du village.  

Dire four banal, comme cela se voit parfois, ne convient pas, car les fours banaux correspondent à l'ancien régime et étaient propriété du seigneur. De plus, la quasi totalité des fours de village en Haute-Loire a été construites au cours du XIX° siècle. Enfin, beaucoup de fours de l'ancien régime, en Velay, avaient été cédés aux habitants d'où les appellations de four du village, four commun ou encore four des hommes (au sens des habitants).